[VIDEO] The stakes of sustainable fashion, interview

[VIDEO] The stakes of sustainable fashion, interview

February 12, 2019

FULL VIDEO INTERVIEW : https://urlz.fr/8UDuFull

Considérée, après le pétrole, comme le secteur le plus polluant du monde, l’industrie du textile travaille aujourd’hui à mettre en place une mode durable, éthique et responsable. Mais qu’est-ce qu’une mode durable et à quels multiples critères doit-elle répondre ? Les réponses à ces questions avec Arthur Grout et Stéphane Popescu, respectivement CEO de AS International et Co-Fondateur de Resource. La mode durable à proprement parler Selon Stéphane Popescu, Co-fondateur de Resource, une plateforme de sourcing responsable : « la mode durable est aujourd’hui l'étude des impacts environnementaux et sociaux d’un vêtement dans le but de les réduire ». « Demain, la mode durable s’appuiera vraiment sur la prise en compte, dès le départ de la conception du produit, des critères sociaux, économiques et environnementaux, pour ne plus avoir à diminuer les impacts négatifs de ce dernier, mais à créer des impacts positifs », ajoute-t-il.

Pour Arthur Grout dont l’entreprise accompagne les entreprises dans le cadre du contrôle qualité de leurs produits ou de la vérification de leurs usines, « cela constitue un défi majeur, car la question de la transition vers une mode durable est une question complexe qui demande de multiples expertises et la collaboration de tous les acteurs, de la mode responsable ».

Les enjeux de la mode durable Les enjeux de la mode durable sont multiples. Stéphane Popescu en dénombre trois principaux.

Le premier enjeu est l’enjeu social. En effet, à la suite de l’effondrement de la Rana Plaza au Bangladesh en 2013, ayant entraîné la mort d’environ 1000 employés, les consommateurs ont pris conscience de l’envers du décor des marques incitant les entreprises à agir. « Le législateur a également décidé d’agir notamment en France avec la création de la loi sur le devoir de vigilance », souligne Stéphane.

Le deuxième enjeu, c’est l’environnement. « Avec le réchauffement climatique, on en parle de plus en plus. Pour le secteur du textile, il est donc important de connaître tous les impacts qu’ont nos vêtements sur l’environnement. Une fois que l’on connaît exactement ces impacts, on peut enfin travailler à les réduire et à même créer des impacts positifs », explique Stéphane. Pour Arthur Grout, « le dernier enjeu est de loin le plus complexe, car il s’agit d’allier la performance sociale et environnementale à une performance économique ». « Sa réussite passera nécessairement par un changement des mentalités et sollicitera trois grands acteurs qui sont : les donneurs d’ordre, les fabricants et surtout les consommateurs », insiste-t-il.

Tags: